Colloque / Conference

LA MOBILITE : CONCEPTS ET VALEURS

20-21 mars 2014, Université Paris Descartes

Organisation :

Speranta Dumitru (Université Paris Descartes)
Solange Chavel (Université de Poitiers, France)
Patrick Turmel (Université Laval, Québec)

avec Caroline Caplan et Fannie Bélanger-Lemay

Argumentaire

Les analyses de la mobilité présupposent souvent des jugements de valeur. Ainsi, le récent « tournant de la mobilité » en théorie sociale qui montre que la mobilité sous-tend toutes les pratiques sociales (Urry, 2000) souligne aussi son caractère vital (Creswel, 2006 ; Adey, 2010). De même, les études sur la manière dont la pauvreté, le handicap, le genre et l’appartenance nationale affectent la mobilité présupposent que les inégalités en termes de mobilité sont injustes et devraient être corrigées. Qu’est-ce donc que la mobilité, et qu’est-ce qui en fait un trait vital et fondamental ?

Ce colloque a un double objectif : contribuer à la clarification du concept de mobilité et au débat concernant la valeur qu’on lui accorde . En effet, les débats en cours sur des concepts tels que la motilité, la fluidité, l’accessibilité, témoignent du dynamisme des études sur la mobilité, mais les usages du concept de mobilité varient avec les disciplines, les auteurs et les pratiques sociales analysées. En outre, l’éthique et les théories de la justice sont restées, à quelques exceptions près (Bergmann & Sager 2008), à l’écart de ces débats sur le « tournant de la mobilité ». Bien que la mobilité soit considérée comme une capabilité de base (Nussbaum 2000 ; Robeyns, 2003 ; Kronlid, 2008), que son importance soit reconnue comme capitale pour les questions de justice liées au handicap ou au genre, bien que la liberté de circulation soit qualifiée de droit élémentaire (Shue, 1980) de bien premier (Rawls, 1995), voire de synonyme de la liberté (Hobbes, 1651 ; Carter, 1999), il n’existe pas, à notre connaissance, de travaux entièrement consacrés à la mobilité et aux questions de justice qu’elle soulève.

Ce colloque interdisciplinaire invite les chercheur(e)s travaillant sur des objets différents (mobilité résidentielle, accessibilité et transports, migrations, nomadisme etc.) à clarifier et à comparer leurs définitions de la mobilité, tout en explicitant les jugements de valeur différents qui sous-tendent l’usage du concept. Ce faisant, il constituera une première étape de travail vers la construction d’une éthique de la mobilité informée par les sciences sociales.

mot-clefs: mobilité, transport, migration, accessibilité, immigration

*****

MOBILITY: CONCEPTS AND VALUES

March 20-21, 2014, Université Paris Descartes

Conveners :

Speranta Dumitru (Université Paris Descartes)
Solange Chavel (Université de Poitiers, France)
Patrick Turmel (Université Laval, Québec)
with Caroline Caplan and Fannie Bélanger-Lemay

Argument

Most often, descriptive studies about spatial mobility rest on evaluative assumptions. For instance, the recent “mobility turn” in social theory (Urry, 2000) frequently claims that mobility is underlying every social practice, but also that is vital (Creswell, 2006; Adey, 2010). Likewise, studies about how poverty, disability, gender and citizenship affect people’s mobility implicitly assume that unequal mobility is unjust and should be redressed. So, what is mobility and what makes it so vital and important?

This conference’s aim is twofold: to make explicit the value judgments underlying descriptive studies about people’s mobility and to further clarify the concept of mobility. While considerable work has been done in mobility studies through concepts such as fluidity, accessibility and motility (Kaufmann, 2002), the meaning of mobility still varies according to disciplinary fields, authors and social practices considered. More surprisingly, ethics and theories of justice remain largely unaffected by the “mobility turn” (with some exception e.g. Bergmann & Sager, 2008). Occasionally, mobility has been recognized as a basic capability relevant to disability and gender justice (Nussbaum 2000; Robeyns, 2003; Kronlid, 2008); sometimes, freedom of movement is mentioned as a basic right (Shue, 1980), a primary good (Rawls, 1995), or even as a synonym for freedom (Hobbes, 1651; Carter, 1999). But no work has been devoted so far to analyzing the concept of mobility and the problems of justice it raises.

This interdisciplinary conference invites researchers working on various topics (residential mobility, accessibility and transportation, migrations, tourism, nomadism, etc.) to formulate and compare their definitions of mobility, and to explain the values underlying their use of the concept. This conference aims to take a step towards an ethics of mobility informed by social sciences.

mobility, transport, transportation, migration, immigration, accessibility

Colloque soutenu par Chaire d’éthique sociale (CNRS, Paris Descartes) ; Projet INAME (Sorbonne Paris Cité) ; Université de Poitiers ; Université Laval et Villes Régions Monde (Québec, Canada)